Coup de coeur

Petites merveilles de films d’animation, entre Québec et Haïti !


Une fois n’est pas coutume, nous nous intéressons à deux courts films d’animation d’une Québécoise d’origine haïtienne, Martine Chartrand. Le premier, Âme noire, maintes fois primé, nous entraîne au cœur des luttes des noirs américains, et ce voyage passe bien entendu par la musique black. Cette suite d’évocations s’impose tranquillement par le métissage des rythmes : percussions africaines, gospel, blues et jazz ... A déguster.

Le second, actuellement en tournée en Bretagne dans le cadre du Mois du Doc, mais que vous pouvez aussi découvrir en intégralité, s’intitule MacPherson et raconte l’étrange et bouleversante amitié entre le jeune chanteur Félix Leclerc, et un ingénieur-chimiste jamaïcain, qui fut son voisin et ami, dans les années 30. Pour aller plus loin dans ce beau voyage, le film de Serge Giguère, Le mystère MacPherson, revient sur les conditions de création et de réalisation de ce film d’animation. On y voit Martine Chartrand mener jour après jour ce travail de peinture mais aussi sa propre quête identitaire. Une interview du réalisateur ici, avant d’aller le traquer dans les salles de cinéma !

René Vautier nous agite toujours !


Allez vous balader sur le site des Les mutins de Pangée : on y trouve absolument tous les hommages organisés en mémoire de René Vautier, et les productions de cette maison atypique, où il fait bon ruer dans les brancards ! Parmi tous leurs films, deux magnifiques DVD-Livres, l’un intitulé Afrique 50 et l’autre René Vautier en Algérie, qui regroupe 4 DVD dont Avoir 20 ans dans les Aurès.
Également Algérie, tours/détours, de Leïla Morouche et Oriane Brun-Moschetti, un film qui radiographie la société algérienne et revient sur l’utilité sociale du cinéma.
Le vieux Vautier n’a pas fini de nous agiter !

Une pépite à voir sur Bed : "les enfants d'après" de Bato Čengić


Parmi les films des Balkans récemment mis en ligne sur BED, une pépite : une fiction de Bato Čengić, un réalisateur bosniaque disparu en 2007. Le film s’appelle Les enfants d'après. Le titre en anglais est explicite : Playing soldiers. Il dit combien les enfants ne se relèvent pas d’un conflit meurtrier, il dit les séquelles de la guerre. Il avait été sélectionné pour Cannes en 1968, mais cette édition a été annulée. Pas de chance pour Bato ! Pourtant, le film, en noir et blanc, avec une photographie superbe, est vraiment splendide. François Truffaut, qui aurait grandi en Bosnie, et intégré tout Chris Marker…

Bato Čengić fut l’invité du festival de cinéma de Douarnenez en 2006. Depuis sa mort en 2007, le film n’a jamais été, à notre connaissance, remontré.

Retour dans les terres... avec Charles Véron


Parce que les magazines bretons de l’été nous emmènent le plus souvent sur les sentiers littoraux, dans les îles et stations balnéaires, nous avons eu envie de retourner « dans les terres ». En Kreiz-Breizh. Au plus près de ceux qui y ont toujours vécu, cultivateurs ou éleveurs, et qui nous lèguent un peu de ce patrimoine rural.

Précisément, à Bieuzy-les-eaux, en Morbihan, avec le très beau film de Charles Véron Léon, Henri et Jo, tourné en 1997. Trois frères célibataires, que Charles filme avec une immense tendresse...
Et puis prenez le temps de lire le portrait de Charles Véron, artisan filmeur éclectique...

Le beau chemin du kurde Kazim Öz


Le réalisateur kurde Kazim Öz, invité à Douarnenez en 2003, continue son beau chemin. Il a signé en 2010 un très beau documentaire, Last season Shawaks, sur ce peuple d’éleveurs nomades, qui migrent chaque été avec leur bétail.

Images saisissantes de la transhumance, qui rappellent le très beau film Grass, de Merian C. Cooper, tourné en Iran en 1925, une merveille

Kazim a retiré son dernier film, White plane, de la Compétition du Festival d’Istanbul, en solidarité avec les réalisateurs kurdes du film Bakur. Plus d’infos sur notre onglet actualités.